Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La
Redemption
Saint Joseph
Paroisse
~ Lyon ~
Paroisse de la Redemption Lyon Paroisse Saint Joseph Lyon
Menu
Navigation

Edito du 14 mai 2017

Par Mgr François Duthel

Pendant quelques jours, une délégation de paroissiens de cinq personnes a visité notre paroisse jumelle St Joseph à Bourj Hammoud au Liban. De telles visites sont essentielles pour la vie de l’Église. Elles nous montrent la diversité des visages du Corps du Christ. En nous visitant les uns les autres, nous manifestons nos liens fraternels, vivant à notre manière ce qu’il nous est dit dans les Actes des Apôtres, apportant aussi notre aide comme le fit l’Apôtre Paul tel qu’il le raconte dans la lettre aux Romains : « La Macédoine et l'Achaïe ont bien voulu prendre quelque part aux besoins des saints de Jérusalem qui sont dans la pauvreté » (Rm 15, 26). Comme nous l’a précisé Mgr Samir NASSAR, Archevêque maronite de Damas, ce qui est primordial dans l’esprit biblique, c’est le lien spirituel entre les communautés, qui se manifeste tant par les relations que nous pouvons établir au fil du temps que par notre prière pour les communautés avec lesquelles nous sommes jumelés. Cela s’accompagne évidemment d’une aide matérielle entre une Église plus riche et une Église plus pauvre. De telles visites nous aident aussi à découvrir la beauté de chaque tradition spirituelle et liturgique. Nous avons pu nous approcher des trois grands saints du Liban, qui sont présents à chaque coin de rue, dans les voitures des catholiques et dans les maisons. Il s’agit de saint Charbel, de saint El Hardini, et de sainte Rafqa. Trois figures qui nous rappellent que Dieu ne peut s’entendre que dans le silence, comme cela est écrit à l’entrée du monastère de saint Charbel. Nous avons mesuré la qualité d’accueil du peuple libanais. La participation aux liturgies maronites, avec les paroles de la consécration en syriaque, langue des origines du christianisme, nous rappelle que notre liturgie puise ses racines dans les liturgies primitives. Nous ne pouvons pas oublier la solidarité qui se développe entre tous les habitants de la paroisse, guidée par ses pasteurs, Abouna Gaby, Abouna Patrick et Abouna Sami. Chacun est accueilli, aimé, aidé sous différentes formes, si cela est nécessaire. Les malades et les personnes âgées ne sont pas oubliés ; elles sont visitées par des paroissiens et par la Conférence Saint-Vincent de Paul. Et l’école Saint-Joseph, accueillant plus de deux cents enfants pauvres du quartier, est un lieu de convivialité entre les confessions religieuses, un apprentissage du vivre ensemble, avec une formation de qualité, constatée par les deux enseignantes de la délégation, Agnès et Marjorie. Nous en reparlerons, et surtout nous aurons à accueillir une délégation libanaise à la fin mai. Alors, que toute la paroisse se mobilise !