Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La
Redemption
Saint Joseph
Paroisse
~ Lyon ~
Paroisse de la Redemption Lyon Paroisse Saint Joseph Lyon
Menu
Navigation

Edito du 15 janvier 2017

Par Mgr François Duthel

Après les fêtes de la manifestation du Père, dans le Fils unique, vivante image de son Père, présence visible du Dieu invisible, il nous faut maintenant reprendre le chemin de la vie ordinaire. Mais je souhaite à chacun de pouvoir le faire à l’exemple des Mages : repartir par un autre chemin ; reprendre le chemin de la foi. Le refrain du psaume de ce dimanche nous donne la clé de cet ordinaire : « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté ». Toute la tradition de l’Église a mis cette parole dans la bouche de Jésus, car c’est Lui qui, par excellence, est venu pour faire la volonté du Père. Mais si nous sommes chrétiens, si nous portons dans notre nom le nom du Christ, cette formule s’adresse à nous aussi, et nous sommes invités à y répondre avec humilité et confiance. Nous pourrions méditer deux strophes du psaume qui développe ce refrain et qui nous donne quelques clés pour faire la volonté du Père : « Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens. »  Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j’aime : ta loi me tient aux entrailles ». ‘Ta loi me tient aux entrailles’ : cela signifie que la loi de Dieu est inscrite au plus profond de notre cœur. Ce n’est donc pas une loi qui nous imposerait d’abord quelque chose de l’extérieur, comme des parents peuvent le faire à l’égard de leurs enfants, mais une loi dont on pressent intimement qu’elle est une loi d’amour envers Dieu, envers soi-même et envers le prochain, nous appelant à grandir en dignité et à faire grandir aussi les autres, dans le respect de chacun, pour que la dignité de fils de Dieu, avec tous les talents de chacun, puisse s’épanouir et corresponde à la vie divine qui est au plus profond de chacun. C’est donc trouver dans l’ordinaire des jours les moyens pour vivre l’extraordinaire de Dieu : la vie qu’il a mis en nous et dont nous sommes responsables pour que la lumière brille en nos yeux, sur notre visage, dans notre cœur, dans toutes nos actions et que nous puissions la transmettre à ceux qui nous entourent. Aussi, est-ce avec saint Paul que je vous dis : « À vous, la grâce et la paix, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ » (1 Co 1, 3)